é-toiles et patine forum de peinture


 
AccueilS'enregistrerConnexion



Partagez | 
 

 Trahison

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
schumarette
membres
avatar

Féminin Nombre de messages : 6442
Age : 56
Date d'inscription : 08/02/2010

MessageSujet: Trahison   Sam 21 Jan - 4:08

Salut les filles,

Bon, je vous donne l'exclusivité de mon avant-dernier bouquin, qui est le seul qui ne possède pas un minimum de fantastique.

En fait, agacée par la stupidité des religions après un journal TV, la connerie humaine m'a donné envie d'écrire sur le sujet. Je ne cite aucune religion, car peu importe laquelle, elles mettent forcément des murailles et c'est bien dommage.

Donnez-moi votre avis, n'hésitez pas !
Revenir en haut Aller en bas
schumarette
membres
avatar

Féminin Nombre de messages : 6442
Age : 56
Date d'inscription : 08/02/2010

MessageSujet: Prologue   Sam 21 Jan - 4:13





La foi déplace les montagnes,
les religions érigent des murailles.

Prologue
Septembre 2004

Camouflée derrière la porte de l’épicerie, elle hésitait à sortir, car le groupe d’habitués rassemblés sur le banc public gesticulait et vociférait, comme à leur habitude. Elle les connaissait tous de vue, bien qu’elle ne leur ait pratiquement jamais adressé la parole les années où elle s’était retrouvée dans leur classe. Enfin, pour être vraiment précise, c’étaient eux qui l’ignoraient ou la méprisaient. Ils la jugeaient différente puisqu’elle faisait partie de cette religion que la majorité des gens considérait comme une secte.

- Vous rentrez ou vous sortez, Mademoiselle ? s’enquit le client qui guettait sa décision pour quitter le magasin.
- Oh… je sors, Monsieur, excusez-moi.
Elle emboîta le pas à cet homme qu’elle avait déjà croisé dans le quartier, mais dès que leurs regards glissèrent sur elle, les sifflements et quolibets résonnèrent sur la place :
- Lucille !!!!!! Lucille, mon amour, je t’aime !!!!!!!
- Hé, viens nous voir, poulette ! Sois pas timide.
- Amène-toi, mignonne, on va t’apprendre la vie !

Rougissant brutalement sous les attaques, elle accéléra sa cadence et dépassa l’homme qui la dévisageait discrètement en se demandant les raisons de telles moqueries. Dès qu’elle fut hors de portée, elle diminua son rythme soutenu tandis que son cœur battait bien trop vite et que ses mains tremblaient un peu trop fort, mais lorsqu’elle découvrit la voiture de sa meilleure amie stationnée devant chez elle, un soulagement instantané gomma ces manifestations intempestives et elle se hâta de franchir la porte :

- Papa, Maman ! Je suis rentrée.
- Viens, Lucille, Michèle et ses parents sont là.

Attablés devant un café, ils débattaient de leur sujet préféré, la Bible, et à son entrée, son amie se leva pour l’embrasser. Lucille salua les adultes, puis invita Michèle de la suivre dans sa chambre pour discuter de leur prochaine rentrée scolaire. C’était l’année du BAC, la dernière année où elle fréquenterait ce lycée et ces étudiants arrogants et dépravés dont elle ne garderait aucun bon souvenir. À peine eurent-elles atteint la première marche de l’escalier que la sonnette d’entrée résonna et son père accourut pour laisser entrer un autre couple de leurs amis. Une fois dans sa chambre, elle questionna :

- Pourquoi cette réunion ? Il y a une étude biblique ?
- Non… je crois que c’est au sujet de Philippe.
- Philippe ?
- Le fils de M. et Mme Garchaud.
- Ah oui ? Que lui arrive-t-il ?
- Il parait qu’il veut épouser une fille du monde.
- Une fille du monde ? C’est impossible, tu dois te tromper.
- Il aurait affirmé qu’il l’épouserait coûte que coûte et que si nous ne voulions plus de lui, il quitterait la congrégation.
- Comment ose-t-il offenser ainsi ses parents ? Et comment peut-il rejeter Dieu ? Cette fille doit l’avoir… envoûté, je ne vois pas d’autres raisons, seulement qui pouvons-nous ?
- J’ai l’impression que son avenir parmi nous est gravement compromis… pour te dire franchement, d’après ce que j’ai cru comprendre, il sera exclu.

Lucille opina, ne donnant pas cher de la destinée du jeune homme dans leur congrégation. À plusieurs reprises depuis sa plus tendre enfance, des personnes avaient été évincées à perpétuité de leur cercle de frères et sœurs puisqu’ils étaient devenus des parias en refusant de respecter les règles de leur communauté, ce qui équivalait à une mort spirituelle et un bannissement de Dieu, sans espoir d’obtenir un jour l’éternité promise. Attristée par le mauvais choix de son frère, elle soupira avant de demander à son amie si elle avait consulté les listes des classes, aux grilles du lycée. Chaque année, elle redoutait les rentrées scolaires, plus précisément les étudiants qui partageraient ses cours. Enfant, sa différence n’était pas visible, mais à présent tous s’habillaient en jeans serrés, t-shirt moulant, mini-jupes et décolletés plongeants, tandis qu’elle portait des jupes à mi-mollet qui cachaient des jambes fines et galbées et des chemisiers peu ajustés de style classique, voir rétro, qui dissimulaient sa jolie poitrine pour se conformer à un style vestimentaire qui se devait respectueux et soigné. Michèle avoua ne pas en avoir eu le temps et elles décidèrent de s’y rendre le lendemain après l’office, leurs semaines étant bien remplies entre les réunions hebdomadaires à la salle des réunions et les heures de prédication obligatoire qui prouvaient leurs bons et loyaux services. Prêcher était la tache que Lucille aimait le moins. Apporter la bonne parole ne la dérangeait pas, mais sonner aux portes des gens restait un challenge pour la jeune fille introvertie, timide et réservée qu’elle était. Conditionnée depuis son enfance, elle avait la certitude que Dieu lui envoyait ces épreuves pour la tester, ce qui la forçait à passer outre ses appréhensions pour déambuler dans les rues les dimanches après-midi afin de recruter de nouvelles âmes et les sauver de la fin du monde qu’ils annonçaient à qui voulait les entendre.
Le dimanche suivant, durant l’office, de nombreux regards convergèrent discrètement sur les parents de Philippe dont l’absence fut remarquée et ces derniers attachaient un sourire contraint sur leurs traits tirés. Lucille eut un élan de compassion pour ce couple exposé malgré lui par la déloyauté de leur fils, mais à la sortie de l’office, toutes ces personnes les entourèrent amicalement pour les soutenir et les encourager. Bras dessus, bras dessous, Lucille et son amie prirent la route du lycée, tout en se faisant des confidences :

- As-tu remarqué ? chuchota Michèle, Richard m’a regardée à plusieurs reprises durant l’office.
- Heu… pas vraiment… je suivais les Écritures.

Prise en flagrant délit de négligence et de légèreté, Michèle rougit :

- Tu crois qu’un jour, il se décidera à me parler ?
- S’il t’aime, il n’y a aucune raison pour qu’il ne te l’avoue pas. Et toi, tu l’aimes ? Tu en es sûre ?
- Bien entendu, rétorqua-t-elle, piquée. Pour qui me prends-tu, Lucille ? Je ne suis pas inconséquente comme toutes ces filles, moi.
- Je le sais bien, mais… tu ne le connais pas vraiment… Vous êtes-vous déjà parlé, en dehors des assemblées ?
- Je n’ai pas besoin de discuter avec lui pour savoir que je l’aime. Quand il développe les versets de la Bible, je suis en total accord avec ses analyses et je suis persuadée que nous sommes faits l’un pour l’autre. En plus, il est si beau !

Lucille dissimula la moue qui monta spontanément à ses lèvres, ses critères de beauté étant définitivement différents de ceux de son amie, mais après tout, si cette dernière l’aimait, elle n’avait pas à s’en mêler. Puisque Michèle avait choisi quelqu’un de sa congrégation, ses parents accueilleraient avec enthousiasme cette relation, si toutefois le jeune homme se décidait à confesser son penchant. Lucille l’enviait un peu, car sur ce plan, elle n’était pas différente des jeunes filles de son âge et elle aussi rêvait à l’amour avec un grand A, seulement aucun garçon ne lui plaisait. N’envisageant même pas de regarder ceux qui faisaient partie du monde - c’est ainsi qu’ils nommaient les personnes qui ne faisaient pas partie des leurs - elle n’avait d’autres choix que de trouver un ami de cœur dans une autre congrégation, ce pourquoi elle attendait avec impatience le congrès annuel qui regrouperait les différentes communautés de sa région où serait baptisé un bon nombre d’entre eux, cet acte devant être réalisé en toute conscience. Pour sa part, Lucille l'avait accompli à ses 17 ans et elle en gardait un très bon souvenir.

Le lycée était en vue et de petits groupes, éparpillés ça et là, vérifiaient leur classe et avec quels étudiants ils se retrouveraient deux jours plus tard. Tandis qu’elles approchaient, Lucille reconnut ce fameux groupe dont elle s’efforçait d’ignorer les railleries et où se trouvait Marie-Noëlle. Cette fille était une vipère : belle, mais faisant toujours preuve de mépris et de méchanceté, et ce depuis toujours. Elle se souvenait des tours pendables et inimaginables dont elle avait été la victime durant les différentes années scolaires partagées avec elle. Pourtant à l’époque, comme tout le monde, elle l’admirait. Comment ne pas résister à ses beaux yeux bleus, à son sourire angélique et surtout à sa splendide chevelure blonde qui scintillait comme la soie, dont le cendré lui attribuait cette touche de charme et de douceur ? Sauf que, malheureusement, cette grâce n’était qu’une caricature, car cette fille incarnait la méchanceté personnifiée. Dès qu’elle tourna la tête vers elles, Lucille pressentit les sarcasmes qui ne tardèrent pas :

- Tiens, regardez-moi ça, nos deux Miss monde !
- Deux d’un coup ! Hé, les gars, pensez à la chance qu’on a ! rétorqua un gars du groupe.

Ricanements et sifflets fusèrent aussitôt. Rouge de honte, Lucille s’empressa de dénicher son nom sur les listes pour s’éloigner aussi vite que possible de ce nid de crotales, mais Michèle, plus téméraire, répliqua vertement :

- Tu devrais être satisfaite, nous ne te volons pas la vedette. De toute façon, avec ton air débauché, tu auras toujours la cote, ne t’inquiète pas !
- Pfft ! Mes pauvres filles, même les épouvantails sont plus beaux et plus esthétiques que vous. Et au moins, ils ont le mérite d’attirer les oiseaux tandis que vous, vous les effrayez ! se moqua-t-elle.

Consternée par la proportion que prenait cette discussion, Lucille, qui détestait les affrontements et les échanges peu constructifs, serra le bras de son amie pour l’entraîner un peu plus loin, mais cette dernière répliqua :

- Si tu préfères attirer les ordures, c’est ton choix.

Palissant sous l’insulte, Marie-Noëlle serra ses poings et se dirigea vers elles, mais Nicholas, son frère, l’intercepta pour la calmer :

- Laisse tomber, Marie… Allons plutôt faire un baby-foot.
- Attends, je ne vais pas me laisser insulter par ces merdeuses…
- Je te dis d’arrêter. Profitons de notre dernier jour de vacances et laisse ces pauvres filles.

Alors qu’il la tirait en direction du bar, le troupeau talonna son chef, tandis qu’elle tentait de se libérer de l’entrave qui la maintenait fermement, tout en vociférant quelques dernières grossièretés en direction des deux filles. Rassurée, Lucille soupira :
- Comme je voudrais que cette année scolaire soit déjà terminée ! Quand je pense que nous devrons encore les supporter dix mois, j’en suis malade. Je ne sais pas comment tu fais pour leur répondre ainsi, moi j’en suis incapable.
- Plus tu seras gentille, plus ils seront mauvais.
- Je le sais bien, mais je n’ai aucun répondant… Pourtant, j’aimerais parfois… mais Jésus a dit : « À celui qui te frappe une joue, tends l’autre ».
- C’est vrai, mais cela ne les autorise pas à être méchants et encore moins à nous insulter.
Regardons les listes et partons, j’en ai marre d’être la ligne de mire de tous ces idiots.

En effet, de nombreux élèves les dévisageaient, les uns discrètement, les autres ouvertement, et Lucille soupira de soulagement en constatant que Marie-Noëlle ne serait pas dans sa classe. Elle devrait malheureusement supporter son frère, le chef de bande, ainsi qu’un autre de ses copains qui traînait toujours avec lui, mais eux, au moins, l’ignoreraient. Michèle, qui n’était qu’en première, évitait forcément les autres membres du groupe.
Revenir en haut Aller en bas
corinne
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 31100
Age : 58
Localisation : région parisienne
Date d'inscription : 03/03/2009

MessageSujet: Re: Trahison   Sam 21 Jan - 4:15

je vais lire cela cette semaine je vais l'imprimer car sur l'écran c'est pas le pied... j'ai lu le premièr paragrahe ca donne envie de continuer...
je te dirai en tout les cas merci du partage

___________________________


Revenir en haut Aller en bas
http://corinne1958.e-monsite.com/
schumarette
membres
avatar

Féminin Nombre de messages : 6442
Age : 56
Date d'inscription : 08/02/2010

MessageSujet: Chapitre 1   Sam 21 Jan - 4:17

1

Le mois de septembre s’était écoulé rapidement et octobre pointait déjà le bout de son nez. Pour Lucille, les semaines défilaient de façon vertigineuse entre ses devoirs, ses réunions à la congrégation, son démarchage et les occupations d’automne, comme le ramassage des champignons que ses parents faisaient sécher pour le reste de l’année ou celui des châtaignes qui leurs serviraient de repas les dimanches soir ou qui régaleraient leurs frères et sœurs, lors des assemblées hebdomadaires, les uns chez les autres. Le lundi matin, elle arrivait en cours fatiguée et se demandait chaque fois comment elle pourrait tenir toute la semaine. Pourtant, lorsque la prof de français annonça la reprise des cours de théâtre, elle s’y inscrivit sans hésitation. Cet art était le seul divertissement que ses parents lui autorisaient, puisqu’ils appréciaient les grands classiques. Toute autre activité scolaire était fortement déconseillée pour ne pas perturber leur sage façon de vivre, pour maintenir leurs principes sains et éviter les relations avec les personnes du monde. Depuis la sixième, chaque année, un rôle un peu plus important lui était attribué et elle qui était si timide se surprenait à se dépasser et à sortir totalement de sa coquille pour devenir une soubrette, une vendeuse de fleurs ou une marquise. C’était également la seule occasion où elle pouvait se maquiller légèrement, ce qui constituait un atout supplémentaire à cette discipline qui la passionnait, car elle restait une fille avant tout, tout en se reprochant cette vilaine attirance. Adorant les livres, l’histoire, le français, elle avait choisi le BAC L pour se diriger dans un emploi en rapport avec la littérature.

Ce jour-là, il fallut choisir la pièce qui serait donnée en représentation et, comme d’habitude, elle ne participa pas au vote, s’interdisant de faire des choix dans ce monde qui ne lui appartenait pas et où elle vivait en marge de la société. La prof proposa quatre titres : Roméo et Juliette – les hauts de Hurlevent – Dom Juan et le médecin malgré lui. Le chapeau défila d’un bureau à l’autre, chacun déposant son petit papier à l’intérieur et, après lecture des votes, Roméo et Juliette et Le médecin malgré lui furent à égalité. Du coup, un second suffrage fut nécessaire et le grand classique où les deux amants mouraient l’emporta de quatre voix. Lucille ne put cacher la joie qu’elle ressentit, puisque c'est celle pour laquelle elle aurait opté si elle avait pu donner son opinion. Puis la prof signala qu’elle manquait d’acteurs pour tenir tous les rôles et elle redemanda des volontaires pour compléter la troupe. Comme chaque année, les filles furent nombreuses à s’inscrire, tandis que les garçons restaient réticents, d’où l’obligation du sexe féminin de tenir les rôles masculins. Là encore, seuls deux garçons levèrent la main alors qu’une dizaine de filles, dont Lucille, virent leur nom noté au tableau. Puis le plus excitant eut lieu : la distribution des personnages. De nouveau, elle laissa à Mme Duval, sa professeure, le choix de lui en déléguer un, cette dernière la connaissant parfaitement et sachant que jamais Lucille n’aurait l’audace d’en réclamer un en particulier. C’est donc avec stupeur qu’elle l’entendit annoncer :

- Lucille, depuis le temps que tu fais partie de notre troupe et que tu ne demandes jamais rien, pour cette dernière année, je te confie le rôle principal : tu seras Juliette.

Troublée, elle bredouilla un merci peu convaincant, excitée d’hériter de ce si beau rôle, mais également atterrée par la réaction de ses parents dont elle n’était pas certaine d’avoir l’approbation. Elle s’apprêtait à en faire la remarque lorsqu’une voix, railleuse et provocante, ricana :
- Vous faites erreur, Madame. Pour Lucille, vous auriez dû choisir la Nativité et lui donner le rôle de la Sainte Vierge.

Mortifiée, elle plongea le nez dans son classeur, regrettant d’avoir tressé ses cheveux comme tous les jours, qui l’empêchait de s’y cacher, tandis que tous éclataient de rire, trouvant la réflexion de cet idiot irrésistible.

- Tiens, tiens, Nicholas, mais quelle bonne nouvelle, vous vous réveillez ! Sincèrement, je vous croyais en catatonie. Dites-moi, puisque vous savez si bien ce qui convient aux autres, convenez que le rôle de Roméo vous irait à ravir puisque vous en avez la verve et le mordant ! Donc, c’est entendu, vous serez Roméo.
- Quoi ? Non, mais vous déconnez ?
- Pardon ?
- Heu… Vous blaguez ? Allez, Madame, dites que vous blaguez.

Lucille avait pâli, elle aussi, et elle espérait que Mme Duval désirait juste lui donner une leçon, car jamais Nicholas n’avait démontré un intérêt quelconque à cet art.

- Voyons, vous avez sciemment choisi un BAC L, n’est-ce pas, Nicholas ? Un BAC littéraire ? De votre propre initiative ?
- Heu… oui, Madame, grinça-t-il en discernant un piège.
- Alors, il est temps de nous prouver votre attachement à cette matière, car jusqu’à présent, je me demandais si cette décision n’était pas une alternative ou une fuite en avant.
- Pas du tout, j’aime la littérature et…
- Alors prouvez-le et soyez Roméo ! Vous qui savez si bien vous gausser des autres, redouteriez-vous le ridicule et la moquerie ?
- Certainement pas, répliqua-t-il, en serrant sa mâchoire pour prouver sa détermination.
- Donc, c’est une affaire entendue et nous n’allons pas débattre le reste du cours sur vos états d’âme. Pour le rôle de Mercutio, ce sera toi, Anna, continua la prof, indifférente aux marmonnements du jeune homme.

Elle passa le reste de l’heure à nommer les différents protagonistes, mais Lucille, désemparée, ne faisait plus attention à ceux qui partageraient la scène avec elle, ne retenant qu’une seule chose : Nicholas serait Roméo. Elle devait absolument trouver une échappatoire au rôle de Juliette, mais comment faire ? À peine la cloche eut-elle sonné que Nicholas se dirigea vers le bureau de Mme Duval, en épinglant son plus beau sourire. Du coup, elle eut un regain d’espoir, persuadée que son charme ferait son effet habituel, car ce gars jouait de son physique agréable et de sa séduction naturelle, un charme attesté par le nombre incroyable de filles qui défilait à son bras au cours d’une année scolaire. Mais lorsque le lendemain, il pénétra dans la classe en lui jetant une œillade assassine et en s’asseyant rageusement sur sa chaise, elle comprit que sa manœuvre avait capoté. Une fois le cours terminé, à son tour, elle avança vers le bureau de Mme Duval :

- Madame… vous devez trouver quelqu’un d’autre pour la pièce, je… je ne serai pas Juliette.
- Pourquoi donc, Lucille ?
- Ce… mes parents ne seront pas vraiment d’accord pour que je tienne le rôle principal et…
- Vraiment ? Pourtant, lorsque je les ai appelés hier soir pour les avertir des jours où se tiendraient les répétitions, ils semblaient enchantés que tu aies décroché ce rôle.
- Oh… Je ne savais pas…
- Lucille, ne me dis pas que Nicholas te fait peur ?
- Non, bien sûr que non… Seulement… ce gars me déteste et… le public le ressentira, sur la scène… Je vous assure que ce n’est pas une bonne idée…
- Tu te fais des idées, Lucille. Pourquoi t’aurait-il en aversion ?
- Vous le savez bien… ma religion… Beaucoup ne me supportent pas parce que je suis différente.
- Je crois simplement que les étudiants te trouvent bizarre et repliée sur toi-même, mais tu dois passer outre.
- S’il vous plaît, Madame, donnez mon rôle à quelqu’un d’autre.
- Non… c’est ton rôle et il est pour toi. Je suis convaincue que tu seras une magnifique Juliette, alors n’en parlons plus !

Elle lui tourna le dos pour signifier que la conversation était close et, désappointée, elle sortit de la classe en réfléchissant au moyen d’abandonner, sans se la mettre à dos. Nonchalamment adossé au mur, Nicholas attendait quelque chose ou quelqu’un, et ce n’est que lorsqu’il s’approcha d’elle qu’elle comprit qu’il la guettait :

- Alors, tu as réussi à la persuader ?
- Quoi ? fit-elle, surprise qu’il lui adresse la parole.
- Je te demande si toi, tu as réussi à la persuader de me retirer ce rôle ?
- Oh, ce n’est pas ce que je lui ai demandé… je voulais qu’elle m’élimine de la troupe.
- T’éliminer de la troupe ? Tu déconnes ? Tu es la plus expérimentée, pourquoi ferait-elle une telle connerie? Tu aurais dû la contraindre à m’ôter ce rôle, elle t’aurait écoutée.
- Je… je n’ai pas à décider à sa place. Tu n’as qu’à le faire, toi.
- Qu’est-ce que tu crois que je lui ai demandé, hier soir ? Mais elle n’a rien voulu entendre et…

Madame Duval franchit la porte pour rejoindre la salle des professeurs et les apercevant dans le couloir en tête à tête, elle conclut, enchantée :

- Hé bien, vous voyez que vous êtes capables de discuter sans vous entre-tuer. N’oubliez pas, première répétition lundi prochain, alors apprenez le premier acte.

Elle les quitta en faisant claquer ses talons hauts sur le sol et autant désappointés l’un que l’autre, ils se dévisagèrent un court instant et sans un mot, ni se consulter, ils se séparèrent en s’éloignant chacun de leur côté. Impatiente, Michèle, qui l’attendait devant la grille du lycée, la pressa dès qu’elle l’aperçut :

- Dépêche-toi, Lucille ! Nous allons être en retard pour la réunion de 18 h. Qu’est-ce que tu faisais ? Ça fait vingt minutes que je patiente.
- Je voulais que la prof me donne un autre rôle, mais elle refuse. Apparemment, Nicholas a fait la même chose hier soir, malheureusement, elle ne veut rien savoir.
- Ce n’est pas bien grave, tu n’auras qu’à jouer en t’imaginant que ce n’est pas lui. De toute manière, ce gars est stupide, alors cela ne devrait pas être trop difficile de l’oublier. Vite, c’est à nous de traverser.
- Pourquoi es-tu si pressée ? Nous avons largement le temps d’arriver avant le début de la réunion.
- C’est que… Richard m’a demandé de venir un peu en avance pour développer le sujet de ce soir…
- Tiens, tiens, tiens… s’amusa Lucille, en constatant que les joues de son amie avaient pris une belle teinte rosée. Les choses se préciseraient-elles ?
- Oh, Lucille, j’aimerais tellement qu’il ose se lancer… Tu crois que je lui plais ?
- Sincèrement, je n’en ai aucune idée… Je t’avoue que je ne fais pas réellement attention à Richard, mais je peux l’observer, si tu veux, et vérifier s’il te regarde souvent.

- Tu ferais ça ? Merci, Lucille, tu es une sœur pour moi.

Elles arrivaient devant la salle du Royaume et, instinctivement, elles avaient repris la démarche calme et posée qui convenait à leur statut, mais à peine avaient-elles passé la porte que son amie s’élança vers Richard qui patientait dans un coin du hall. Le jeune homme s’approcha d’elle pour lui tendre une bible et ils s’éloignèrent en discutant tandis que Lucille rejoignait ses parents et sa jeune sœur déjà installés, qui relisaient les versets qui seraient débattus lors de la soirée. Deux heures plus tard, de retour chez eux, son père l’interpella tandis qu’elle mettait la table.

- Pourquoi nous as-tu caché que tu avais décroché le rôle de Juliette ? Ton professeur nous a prévenus et, sincèrement, j’ai dû avoir l’air bête de ne pas être au courant. Pourquoi ces cachotteries ? Tu n’es pas contente d’avoir le premier rôle ?
- C’est que… je ne sais pas. Je n’ai pas l’habitude de me trouver au premier plan et puis… je ne suis pas certaine d’être capable d’assumer une telle responsabilité.
- J’admets que Dieu préfère que nous restions humbles, mais ce n’est qu’une pièce de théâtre scolaire, Lucille, tu ne feras pas la première de l’Olympia. Ta mère et moi trouvons que c’est une juste récompense au travail que tu as fourni toutes ces années.
- Mais Papa, la pièce est importante et les dialogues sont considérables, ce qui engendrera une grosse surcharge de travail. Et puis je serai obligée de rater deux réunions par semaine, car les répétitions se tiendront tout de suite après les cours les lundis et vendredis, et la prof a précisé qu’elles pourraient durer jusqu’à 20 H… peut-être plus encore, au fur et à mesure que nous avancerons dans le spectacle. Je ne crois pas être à la hauteur d’une telle tâche.
- Ce soir, j’en ai discuté avec le surveillant de circonscription ainsi qu’avec quelques anciens et ils ne voient aucun problème à ton absence sporadique, dès l’instant que tu reprennes ta vie normale après la représentation. Ne t’inquiète pas, tout le monde connait ton assiduité et ta foi. Et puis, ton professeur m’a assuré que tout sera terminé à Pâques, c’est bien ça ?
- C’est son objectif…
- Alors, ce sera parfait. De cette manière, tu pourras assister sans problèmes au congrès annuel. Au fait, qu’as-tu pensé du sujet de ce soir ?
Voilà, c’était terminé, son père avait tranché et elle n’avait rien à dire. Juliette elle devait être, Juliette elle serait…
Revenir en haut Aller en bas
caline
membres
avatar

Féminin Nombre de messages : 16538
Age : 65
Localisation : Haute Savoie
Date d'inscription : 31/03/2009

MessageSujet: Re: Trahison   Dim 22 Jan - 11:29

bin VOILA ........J AVAIS PAS VU CELUI LA AUSSI ........................
JE DOIS ETRE HYPER NULLE ......DE NE PAS VOIR LES POSTS .......

OU TROP FAINEANTE , DE NE PAS RENTRER DANS LES POSTS POUR REGARDER

.........

EN ATTENDANT , J AI LU CE QUE SCHUMARETTE A ECRIT ........ET J ADHERE A SON RECIT ..............
CONTINUE MA BELLE .......TU AS CETTE FACULTE ......C EST UN DON DE SAVOIR ECRIRE COMME CA ........
NE TE DEVALORISE PAS ....SURTOUT PAS .......

UN JOUR ..ON FETERA CETTE VICTOIRE TANT ATTENDUE .....
Revenir en haut Aller en bas
lotus
membres
avatar

Féminin Nombre de messages : 17477
Age : 66
Date d'inscription : 07/04/2009

MessageSujet: Re: Trahison   Dim 22 Jan - 18:16

Bon Shumi j'ai lu le premier, et je trouve trés bien moi qui ne connaît rien et surtout à l'écriture, bon le deuxième enregistré sur mon bureau pour imprimer car dur pour lire sur l'écran donc à suivre

euh Michelle et le frère..... impatience hum.......

Revenir en haut Aller en bas
schumarette
membres
avatar

Féminin Nombre de messages : 6442
Age : 56
Date d'inscription : 08/02/2010

MessageSujet: Re: Trahison   Lun 23 Jan - 1:54

chut chut chut
Revenir en haut Aller en bas
filine
membres
avatar

Féminin Nombre de messages : 4818
Age : 66
Localisation : seine et marne
Date d'inscription : 18/09/2011

MessageSujet: Re: Trahison   Mer 25 Jan - 20:27

schumi ca donne envie de connaitre la suite ..avec quelle facilité tu ecris

bisous
Revenir en haut Aller en bas
caline
membres
avatar

Féminin Nombre de messages : 16538
Age : 65
Localisation : Haute Savoie
Date d'inscription : 31/03/2009

MessageSujet: Re: Trahison   Mer 25 Jan - 20:38

filine a écrit:
schumi ca donne envie de connaitre la suite ..avec quelle facilité tu ecris

bisous

OH MERCI FILINE.........J ESPERE que çà va la motiver à continuer.........ce que tu viens de dire
Revenir en haut Aller en bas
schumarette
membres
avatar

Féminin Nombre de messages : 6442
Age : 56
Date d'inscription : 08/02/2010

MessageSujet: Re: Trahison   Jeu 26 Jan - 0:53

Merci, les filles, c'est très gentil et ça me touche... Je viens d'être contacter par mon éditeur du Fantôme pour la vie qui se propose de rééditer Coeur de gitane..

Bisous les filles
Revenir en haut Aller en bas
corinne
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 31100
Age : 58
Localisation : région parisienne
Date d'inscription : 03/03/2009

MessageSujet: Re: Trahison   Jeu 26 Jan - 1:05

j'avoue pas encore lue
bon voila une bonne nouvelle shum on croise les doigts!!!! bravo bravo bravo bravo bravo bravo

___________________________


Revenir en haut Aller en bas
http://corinne1958.e-monsite.com/
caline
membres
avatar

Féminin Nombre de messages : 16538
Age : 65
Localisation : Haute Savoie
Date d'inscription : 31/03/2009

MessageSujet: Re: Trahison   Jeu 26 Jan - 1:28

VAS Y FONCEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEE.......MA BELLE ........

MAIS ESSAYE DE NE PAS METTRE TOUS LES OEUFS DANS LE MEME PANIER ....

PLUSIEURS EDITEURS ...POURQUOI PAS ,,,,,,?????
Revenir en haut Aller en bas
schumarette
membres
avatar

Féminin Nombre de messages : 6442
Age : 56
Date d'inscription : 08/02/2010

MessageSujet: Re: Trahison   Jeu 26 Jan - 1:45

J'essaie, mon amie, j'essaie, mais tu sais bien que ce n'est pas évident... Mais elle me disait qu'ils vont essayer d'ouvrir une librairie !!! Ce serait super ! fiesta
Revenir en haut Aller en bas
filine
membres
avatar

Féminin Nombre de messages : 4818
Age : 66
Localisation : seine et marne
Date d'inscription : 18/09/2011

MessageSujet: Re: Trahison   Jeu 26 Jan - 4:06

bravo bravo schumi ca devrait le faire on y croit fiesta
Revenir en haut Aller en bas
sissi
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 20691
Age : 71
Localisation : TOULON (Var)
Date d'inscription : 02/04/2009

MessageSujet: Re: Trahison   Jeu 26 Jan - 5:01

je viens de lire, que c'est agréable de te lire, quand on commence on ne voudrait plus arrêter.
C'est bien si tu peux faire éditer coeur de gitane chez ton 2ème éditeur.

___________________________


Revenir en haut Aller en bas
http://danoucha.eklablog.com/
schumarette
membres
avatar

Féminin Nombre de messages : 6442
Age : 56
Date d'inscription : 08/02/2010

MessageSujet: Re: Trahison   Jeu 26 Jan - 6:06

Oui, je lui ai envoyé la trame à midi, donc ça devrait être rapide, d'autant plus que la mise en page est déjà faite. Je vais demander à mon fiston qu'il me fasse la page couverture, comme il avait fait pour Un fantôme pour la vie. Au moins, il va être à un prix très très correct et c'est ça que j'aime Ça ne me rapporte rien, mais ça me fait plaisir d'être lue et de donner du bonheur aux autres. cabriole cabriole
Revenir en haut Aller en bas
sissi
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 20691
Age : 71
Localisation : TOULON (Var)
Date d'inscription : 02/04/2009

MessageSujet: Re: Trahison   Jeu 26 Jan - 6:09

c'est très gentil à toi schumi c'est pas tout le monde qui ferait une telle chose

___________________________


Revenir en haut Aller en bas
http://danoucha.eklablog.com/
maricali
Co-Administratrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 8201
Age : 58
Localisation : Auvergne (Allier)
Date d'inscription : 30/03/2009

MessageSujet: Re: Trahison   Sam 14 Juil - 20:25

Très agréable mise en bouche.... comme d'habitude félicitations pour ton talent !!! bravo2
Revenir en haut Aller en bas
schumarette
membres
avatar

Féminin Nombre de messages : 6442
Age : 56
Date d'inscription : 08/02/2010

MessageSujet: Re: Trahison   Dim 15 Juil - 8:50

Merci, Marie |
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Trahison   

Revenir en haut Aller en bas
 
Trahison
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» GdC [valkia] [trahison de tzeentch]
» La trahison
» Trahison et châtiment
» acte de trahison
» God of war : trahison

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
é-toiles et patine forum de peinture :: Informations :: coin pour oihana et shumarette :: LA LIBRAIRIE DE SHUMARETTE-
Sauter vers: